Serving Is Different From Helping And Fixing

Author
Rachel Naomi Remen
722 words, 253K views, 61 comments

Image of the WeekServir est différent d'Aider et Réparer
-- de Rachel Naomi Remen

Ces récentes années, la question “Comment puis-je aider ?” est devenue significative pour beaucoup de monde. Mais peut-être y a t-il une question plus profonde à considérer. Peut-être la vraie question n’est pas “Comment puis-je aider ?” mais “Comment puis-je servir ?”

Servir est différent d’aider. Aider est basé sur une inégalité ; ce n’est pas une relation d’égal à égal. Lorsque vous aidez, vous utilisez votre propre force pour aider ceux qui ont moins de force. Si je suis attentive à ce qui se passe en moi lorsque j’aide, je constate toujours que j’aide une personne pas aussi forte que moi, qui se trouve dans un plus grand besoin que moi. Les gens ressentent cette inégalité. Lorsque nous aidons des personnes il se peut que nous emportions par inadvertance plus que nous ne pourrions jamais leur donner ; nous pourrions diminuer leur estime de soi, leur perception de leur valeur, intégrité et complétude. En aidant, nous sommes très conscients de notre propre force. Mais nous ne servons pas avec notre force, nous servons avec nous-mêmes. Nous puisons dans toutes nos expériences. Nos limitations servent, nos blessures servent, même notre côté obscur peut servir. La complétude en nous sert la complétude des autres et la complétude de la vie. La complétude en vous est la même que la complétude en moi. Le service est une relation d’égal à égal.

L’aide entraîne la dette. Lorsque vous aidez une personne, elle vous est redevable. Alors que le service, comme la guérison, est mutuelle. Il n’y a pas de dette. Je suis servi autant que la personne que je sers. Lorsque j’aide, j’ai un sentiment de satisfaction. Lorsque je sers, j’ai un sentiment de gratitude. Ce sont des choses très différentes.

Servir est aussi différent de réparer. Lorsque je répare des personnes je les perçois comme brisées, et leur brisure exige de moi que j’agisse. Lorsque je répare je ne vois pas la complétude de l’autre personne ni ne crois l’intégrité de la vie en eux. Lorsque je sers, je vois et crois cette complétude. C’est ce à quoi je réponds et avec qui je collabore.

Il y a une distance entre nous et n’importe quelle chose ou personne que nous réparons. Réparer est une forme de jugement. Tout jugement crée une distance, une coupure, une expérience de la différence. Dans la réparation il y a une inégalité d’expertise qui peut aisément devenir une distance morale. Nous ne pouvons pas servir avec distance. Nous pouvons seulement servir ce à quoi nous sommes profondément connecté, ce que nous sommes prêts à toucher. C’est le message fondamental de Mère Thérésa. Nous servons la vie non parce qu’elle est brisée mais parce qu’elle est sacrée.

=====
--Rachel Naomi Remen, adapté d’une transcription du Noetic Sciences Review
=====

Graines de questions pour réfléchir : Quelles sont les implications dans votre vie de la distinction entre servir, aider et réparer ? Pouvez-vous partager une une histoire personnelle d’une expérience où vous avez été pleinement conscient de ces différences ? Comment peut-on passer de l’aide et la réparation à l’acte de service ?
 

Rachel Naomi Remen is the author of various books, including Kitchen Table Wisdom. Excerpt above is from a transcript of Noetic Sciences Review. You may also read one of another story that Rachel recently shared with us: Doctor's Heart of Compassion.


Add Your Reflection

61 Past Reflections