Why We Listen Better To Strangers Than Family


Image of the WeekPourquoi écoutons-nous mieux les étrangers que notre famille ?
-- de Kate Murphy

Lorsque vous connaissez une personne de manière suffisamment proche, il y a une tendance inconsciente à se déconnecter d’elle parce que vous pensez que vous savez déjà ce qu’elle va dire. C’est un peu comme lorsque vous ne remarquez plus les panneaux ou les paysages le long d’une route, à force de l’emprunter.

Mais les gens changent de manière incessante. La somme des interactions et des activités quotidiennes nous façonne de manière continuelle, de sorte qu’aucun de nous n’est semblable à ce qu’il était le mois dernier, la semaine dernière ou même hier.

Le biais de communication-de-proximité est à l’oeuvre lorsque des compagnons romantiques sentent qu’ils ne se connaissent plus ou lorsque des parents découvrent que leurs enfants sont capables de choses auxquelles ils n’avaient jamais imaginé.

Cela peut arriver, même lorsque les deux personnes passent tout leur temps ensemble et possèdent beaucoup d’expériences en commun.

Les chercheurs de sciences sociales ont démontré plusieurs fois que, souvent, les gens ne comprenaient pas mieux leurs relations proches que des étrangers, et parfois pire.

Non seulement le biais de communication-de-proximité nous empêche d’écouter ceux que nous aimons, mais il peut également empêcher ceux qui nous sont chers de nous écouter. Cela peut expliquer pourquoi les gens proches cachent parfois des informations ou les tiennent secrets par rapport à quelqu’un d’autre.

Alors que pouvez-vous faire par rapport à ça ? L’anthropologiste britannique et psychologue évolutionniste Robin Dunbar dit que la façon primaire de garder une relation de proximité est au travers d’un « échange de tous les jours ». Cela signifie demander « Comment vas-tu ? » et écouter vraiment la réponse.

Trop souvent des époux, et aussi les parents avec leurs enfants, réduisent les conversations à de la logistique, comme ce que l’on prévoit pour le dîner, à qui le tour de faire la lessive, ou quand partir pour l’entraînement de football. Les amis peuvent déverser leurs derniers accomplissements et activités. Ce qui est souvent oublié, c’est ce qui se passe réellement dans l’esprit des gens – leurs joies, épreuves, espoirs et craintes. Parfois les gens gardent une conversation légère avec les amis et la famille parce qu’ils supposent qu’ils savent déjà ce qui se passe, mais aussi, parce qu’ils peuvent avoir peur de ce qu’ils peuvent apprendre.

Mais qu’est-ce que l’amour, si ce n’est pas la volonté d’écouter et de faire partie de l’histoire en évolution d’une autre personne ? Un manque d’écoute est le contributeur principal des sentiments de solitude.

=====
Question pour faire germer la réflexion : Comment percevez-vous la notion où l’amour est « une volonté d’écouter et de faire partie de l’histoire en évolution d’une autre personne » ? Pouvez-vous partager une expérience où vous avez pu surmonter le biais de communication-de-proximité et écouter profondément au sein d’une relation proche ? Qu’est-ce qui vous aide à ne pas penser que vous savez déjà ce que la personne va dire, et à rester engagé à découvrir de nouvelles choses dans la conversation ?
=====

Kate Murphy is l'auteure de “You’re Not Listening: What You’re Missing and Why It Matters.”
 

Kate Murphy is the author of “You’re Not Listening: What You’re Missing and Why It Matters.” Excerpted from this article.


Add Your Reflection

23 Past Reflections