A Heart Of Warmth Is Not Something Impossible

Author
Tenzin Palmo
1306 words, 15K views, 11 comments

Image of the WeekUn cœur rempli de chaleur n’est pas une chose impossible
-- de Tenzin Palmo

Que signifie l’amour ? En Occident, nous nous méprenons sur le sens de l’amour ; nous nous servons de ce mot à toutes les sauces, de « j’aime la glace » à « j’aime Dieu ». Mais nous confondons l’amour avec le désir, l’avidité et l’attachement. Nous pensons qu’aimer quelque chose ou quelqu’un signifie s’y accrocher très fort et penser que cette chose ou cette personne est « à moi », qu’elle m’appartient. Cette manière de chercher à avoir une emprise nous fait beaucoup souffrir. Nous souffrons de la peur de perdre ce que nous désirons, et nous sommes tristes lorsque cela arrive. Pensez-y. Nous confondons habituellement l’attachement et l’amour. L’attachement n’est pas de l’amour. L’attachement consiste à s’accrocher, l’attachement fait que nous nous cramponnons. Et c’est l’attachement qui est à l’origine de nombre de nos souffrances.

Le Bouddha a dit qu’il existe une vérité à propos de la souffrance ainsi qu’une cause. La cause de la souffrance réside dans le fait que l’on se cramponne. Nous nous cramponnons aux choses avec véhémence car nous ignorons comment les tenir avec légèreté. Tout va et vient – rien n’est statique ni solide. Nous n’avons rien à quoi nous accrocher. Tant que nous essayons de nous accrocher alors que nous devrions surfer sur les vagues, nous finissons par ne plus rien avoir car l’eau ne s’empoigne pas. Ou nous bloquons le flux et finissons par nous retrouver dans des eaux stagnantes et malodorantes. L’actualité réside dans le mouvement. Si nous nous cramponnons de toutes nos forces, nous tuons ce mouvement. C’est cela qui cause tant de souffrances ; la crispation amène tant de peur dans nos vies. Ce n’est pas de l’amour. L’amour est une ouverture fantastique du cœur. C’est un cœur qui pense « Que tu sois heureux et délivré de toute souffrance » et non pas « Rends moi heureux et délivre-moi de ma souffrance ». Afin de cultiver ce type de cœur qui souhaite le bonheur des autres, nous pouvons commencer par nous ouvrir avec notre famille. En essayant de les rendre heureux et en étant ouverts envers eux. Mais pas en nous accrochant ou en nous cramponnant – juste en étant là pour eux. En leur témoignant de l’amour et de l’affection. Ce sont les personnes qui en ont le plus besoin. Mais il ne s’agit pas d’une affection étouffante. Lorsque j’avais 19 ans, j’ai décidé de partir à la recherche d’un lama et j’ai annoncé à ma mère que je partais en Inde. Elle m’a répondu : « Ah oui, quand pars-tu ? ». Elle ne m’a pas dit « Que me racontes-tu là ? Tu pars en Inde, tu oses abandonner ta vieille mère ? » Elle m’a dit : « Ah oui, quand pars-tu ? », pas parce qu’elle ne m’aimait pas, mais précisément parce qu’elle m’aimait. Elle m’aimait et voulait que je puisse déployer mes ailes et être heureuse. Elle ne pensait pas : « mais si tu me quittes, je vais me sentir seule. Je vais me sentir triste. Comment peux-tu m’abandonner ? » Par conséquent, son détachement lui a permis de se réjouir de mon bonheur. Même quand j’étais en Inde, bien que je sois persuadée que je lui ai beaucoup manqué, elle se réjouissait de toutes les choses que je faisais, de tous les endroits que je visitais et de toutes les rencontres que je faisais. […]

C’est ça l’amour. Et ce cœur rempli de chaleur n’est pas chose impossible. C’est quelque chose que nous pouvons tous développer. Cette joie que nous pouvons ressentir en rendant les autres heureux, en réfléchissant à comment leur donner un petit peu de bonheur, un peu de joie, par un mot gentil, un sourire, un cadeau ou une attention quelconque. Cessons de penser: « mais ils ne m’ont jamais rien donné, pourquoi devrais-je leur donner quelque chose ? », « ils ne me sourient jamais, je ne vais pas leur sourire ». Penser ainsi est mesquin. Imaginez une société où les gens seraient simplement agréables entre eux. Ce serait le paradis, n’est-ce pas ? Adopter une attitude agréable n’est pas si difficile, même envers les personnes qui ne sont pas aimables. Si nous étions accueillants avec tout le monde, globalement, les gens seraient accueillants avec nous.
Car c’est réellement vrai que la vie nous rend ce que nous lui donnons. Si nous renvoyons constamment des pensées et des sentiments négatifs – colère, ressentiment - ou si nous sommes constamment obnubilés par nous-mêmes, alors la vie va nous rendre la pareille. […]

La décision nous appartient. Nous créons le monde en faisant des projections sorties de notre esprit. Nous pouvons transformer ce monde en quelque chose de sensé. Nous pouvons apporter une vraie contribution au monde qui nous entoure. Même au sein de notre propre réseau, en aidant les autres à se sentir mieux, nous pouvons mener une vie qui a un sens, pour qu’à la fin de notre existence, nous puissions nous retourner et dire « et bien, j’aurai fait de mon mieux ». Ou nous pouvons choisir de perdre notre temps – nous pouvons traverser la vie en ronchonnant, en gémissant, en nous plaignant, en blâmant les autres membres de notre famille, une enfance malheureuse, nos parents, le gouvernement et la société. Nous pouvons choisir d’aller vers le haut, d’aller vers le bas, ou de rester immobiles. Et si nous voulons être malheureux, nous avons le droit d’être totalement malheureux. C’est notre droit. Mais si nous souhaitons être heureux, c’est aussi notre choix. Les choses peuvent changer. Les choses changent d’un instant à l’autre. Nous pouvons changer. Et si nous changeons celui que nous sommes, tout change, tout.


=====
Question pour faire germer la réflexion : Que signifie développer un cœur rempli de chaleur pour vous ? Pouvez partager une histoire personnelle d’un moment où vous avez expérimenté l’amour comme une immense ouverture du cœur ? Qu’est-ce qui vous aide à développer un cœur rempli de chaleur ?
 

From here.


Add Your Reflection

11 Past Reflections